23 déc. 2018

vers la gratuité ?

2 commentaires

 

Quand on dit "mobilité" dans l’Agglo, on dit déplacements à pied, à vélo, en bus et tram, en voiture.

Tous ces sujets ne peuvent évidemment être traités indépendamment les uns des autres. Le projet doit être global.

L’objectif est de rendre la vie plus agréable pour tous : moins de pollution, moins de bouchons donc moins de perte de temps dans les déplacements, diminution des coûts de transport. L’écologie sera sociale ou ne sera pas !

 

D’abord faire un diagnostique

Procéder à un examen de l’existant afin de repérer ce qui marche et ce qui ne marche pas, à partir d’une analyse des besoins de la population.

Quels sont ces besoins ? Des consultations pourraient être organisées quartier par quartier. Pourquoi ne pas préparer des questionnaires largement diffusés, notamment à l’occasion de porte-à-porte ? Questionnaires qui pourraient être adaptés pour tenir compte de la spécificité de chaque quartier, de chaque commune.

 

Ensuite se fixer des objectifs :

Gratuité : quelle faisabilité compte-tenu des finances locales ? A quelle échéance ? Peut-il y avoir des étapes dans la gratuité ?

Interconnexion des différents modes de transport dans le but de favoriser les transports en commun. Par exemple, le tram peut confirmer son rôle d’axe central. Mais il faut améliorer les liaisons avec les autres modes de transport afin que les quartiers et villages non desservis par le tram trouvent un intérêt à utiliser les transports en commun.

Autres…

 

Si on veut réussir la transition écologique il faut convaincre plutôt que contraindre !

On le voit avec le mouvement des Gilets Jaunes. La hausse des taxes rend l’écologie impopulaire et une écologie punitive ne marchera pas, d’autant que ce sont les plus aisés qui polluent le plus et que ceux-ci ont les moyens de payer pour continuer à polluer.

24 déc. 2018

Au point où en est l'état de la planète, je pense qu'il serait hélas maintenant nécessaire de passer à la contrainte. Seule une mobilisation générale pour le sauvetage de l'environnement et par conséquent des humains (les plus pauvres compris) pourra atténuer l'effondrement qui arrive. Et quand on parle mobilisation générale, le convaincre est malheureusement déjà dépassé. Cela dit, avec les forces et lobbies en jeux ainsi que nos propres désirs de consommer plus et d'aller plus vite, je ne crois pas du tout que nous arriverons à cette mobilisation. Donc tentons toujours de convaincre ...

27 déc. 2018

ni contrainte, ni mobilisation, mais proposer. Nous avons énormément de possibilités techniques venant de tous pays , il faut simplement les adapter à notre région, à la culture des gens,à notre climat ..... Ce n'est pas la population qu'il faut convaincre, mais nos politiques qui ne pensent qu'a leurs égos et employer l'argent efficacement avec de vrais réalisations. les solutions existent depuis longtemps et elles sont simples

Derniers posts
  • https://www.urbislemag.fr/dunkerque-le-bus-gratuit-seduit-les-automobilistes-billet-545-urbis-le-mag.html
  • Les PMR tendent à se déplacer de plus en plus, notamment parce que leur vie sociale est plus "inclusive" d'année en année, ce dont on ne peut que se féliciter. Lorsqu'elles n'ont pas accès à l'activité salariée, elles ne se contentent plus de "s'occuper" chez elles ou de s'y morfondre. Grand Besançon offre déjà, grâce à l'avance relative prise depuis des décennies pour les transports urbains à Besançon, à la concertation avec les associations concernées, un panel conséquent de services : tram accessible (à sécuriser) - places aménagées dans les bus urbains, plate-formes mécanisées d'accès et quais à hauteur - service à la demande (Ginko Access) pour les personnes ou les situations ne permettant pas l'usage du tram ou des bus). Cependant d'importantes améliorations sont encore nécessaires, notamment pour le service Ginko Access, qui est saturé. Ce sont des minibus, avec réservation obligatoire, qui fonctionnent de 7h à 21h en semaine et jusqu'à 23h en soirée (plus de détails :https://www.ginko.voyage/se-deplacer/services-sur-reservation/ginko-access/). Grand Besançon de gauche, ce serait un plus fort investissement en véhicules, la possibilité élargie de faire des réservations "récurrentes" (pour des activités régulières), et la prolongation des services, jusqu'à 23 h par exemple en semaine et minuit le week end (sachant que l'heure limite en question est celle du dépôt de la personne à sa destination).
  • Le titre parle de lui-même. Je ne connais pas l'histoire détaillée du "projet", mais j'ai toujours cru que le passage en surface entre Planoise et Micropolis était provisoire et qu'il y avait un projet concerté de tranchée couverte. Compte tenu du délai qui s'écoulera avant qu'au niveau national on fasse baisser le flux des camions, une telle solution s'impose pourtant d'évidence en complément de certaines nouvelles interdictions de transit poids lourds. Elle permettrait d'améliorer le trafic existant, et surtout de supprimer la coupure entre Planoise-Ouest et Micropolis et surtout avec la Malcombe, ses équipements et ses espaces. Elle permettrait aussi sans doute de créer des places de parking-relais. C'est un des investissements routiers les plus stratégiques d'une prochaine mandature et bien sûr elle suppose une rude négociation financière avec la Région et surtout avec l'Etat.
  • Black Facebook Icon
  • Black Twitter Icon